Vous êtes ici : Bien et Bio » Environnement » Pollution & Environnement » Ampoule basse consommation et mercure : Qu’en est-il vraiment ?

Ampoule basse consommation et mercure : Qu’en est-il vraiment ?

12 commentaires

L’engouement pour les lampes basse consommation ne dément pas. Certains distributeurs proposent des opérations coup de poing pour inciter les ménages à s’équiper (avant une interdiction complète des ampoules à incandescence), mais certaines inquiétudes persistent, notamment liées à la présence de mercure dans les ampoules. En effet, en regard de ses propriétés, le mercure est utilisé aujourd’hui encore dans des applications techniques, comme les lampes et les piles boutons.

Par contre, le mercure élémentaire qui était autrefois très fréquent dans les thermomètres et les interrupteurs à mercure, n’est plus que rarement utilisé de nos jours à cause de sa toxicité… Il n’est plus utile de démontrer l‘intérêt des ampoules économiques (durée de vie, consommation diminuée). Cependant, elles contiennent toutes du mercure et des composés de métaux lourds qui polluent l’environnement et sont très toxiques pour l’organisme humain. Toutefois, et avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler qu’il n’y a pas de rejet de mercure lorsque les lampes sont intactes ou en utilisation. La présence de mercure soulève encore aujourd’hui des questions en ce qui concerne la sécurité et les répercussions environnementales de ces produits pendant leur cycle de vie, mais il n’y a aucun risque en fonctionnement.

De quel mercure parle t-on ?

La quantité de mercure contenu dans les lampes basse consommation varie généralement entre 2 et 5 mg alors que pour les tubes fluorescents linéaires, elle se situe habituellement entre 5 et 25 mg, selon la qualité et la longueur des tubes. En moyenne, une LFC contient environ 3 milligrammes de mercure, soit à peu près la quantité nécessaire pour recouvrir le bout d’un stylo à bille. En comparaison, les vieux thermomètres contiennent 500 milligrammes de mercure, ce qui équivaut à plus de 100 ampoules basse consommation. Une batterie de montre ordinaire contient cinq fois plus de mercure qu’une LFC. Alors oui, le Mecure est dangereux, mais il est toutefois présent en quantités infimes. Cela ne suffit pas à ignorer le danger, certes. Le problème est simple : le mercure est très utile dans le processus d’allumage de ces lampes, et aucun substitut n’est pour le moment trouvé.

Au cours de la dernière décennie, certains fabricants ont volontairement réduit jusqu’à 80% le contenu en mercure des lampes fluocompactes, soit désormais à peine 2 mg par lampe. La recherche se poursuit en vue de réduire encore plus la quantité et, éventuellement, d’avoir des lampes fluorescentes sans mercure.

Quel danger pour la santé ?

Il y a deux versions. Ceux qui expliquent que ces ampoules ne sont en rien dangereuses, et le contraire… certains voient dans ces oppositions les lobbies de fabricants… Dans cet article, nous citerons l’avis de Georges Zissis, professeur à l’Université de Toulouse, spécialiste de la science et technologie des sources de lumière. Voci une xtrait d’une interview disponible sur le site Algérie Pyrénées.

Une ampoule fluocompacte (FC) contient-elle du mercure?
Georges Zissis.
Oui, souvent 3 ou 4 mg. C’est une très petite quantité, non dangereuse si l’ampoule casse. Ce mercure est enfermé – si la lampe est rapportée au magasin et recyclée, il ne s’échappe pas. Et toute ampoule est responsable de rejet de mercure dans l’atmosphère: pour fabriquer l’énergie qu’elle consomme, il faut en effet brûler du charbon ou du pétrole. Une ampoule à incandescence, qui consomme beaucoup, sera en moyenne responsable du rejet de 10g de mercure; c’est 3g pour la même utilisation avec une FC.


Le CRIIREM, un centre de recherche, déconseille les fluocompactes pour des lampes de chevets ou de bureau car elles émettent des champs électromagnétiques, qu’en dire?

Pas de risque si vous ne dormez pas avec la lampe sur l’oreiller. Le rayonnement s’atténue vite avec la distance – même une lampe de chevet au moins à 20 cm. Rien à voir avec le rayonnement du portable sur l’oreille.

Comment sont recyclées les ampoules basse consommation ?

Le verre et le métal contenus dans les ampoules à incandescence et les lampes à halogène sont recyclés.
Les tubes fluorescents sont démontés dans une installation hermétique et séparés en leurs différents éléments – verre, métal, poudre luminescente et mercure. Ces éléments sont recyclés. Les lampes à basse consommation d’énergie sont traitées à l’aide d’une méthode analogue.

Pour les produits contenant du mercure, ce dernier est séparé par distillation des éléments en verre et en métal et réintroduit dans le circuit économique.

Que faire en cas de casse ?

L’ADEME recommande la chose suivante : « Si vous cassez une ampoule contenant du mercure, inutile de la trier, vous pouvez la jeter directement à la poubelle« . Ayez le réflexe du consommateur responsable : rapportez vos ampoules basse tension usagées en magasin pour qu’elles soient recyclées. C’est gratuit. La filière s’organise. En France, il s’agit de Récylum. Et les premiers chiffres sont désormais parus, comme on peut le lire chez CleanTech Republic (interview de Hervé Grimaud) : « La collecte a débuté fin 2006. Nous avons collecté 3000 tonnes en 2007, ce qui correspondait à 20 millions d’ampoules et tubes. Pour 2008, notre progression est de 33% avec 4000 tonnes, soit environ 27 millions d’unités. Nous avons par ailleurs dépassé nos objectifs de déploiement avec plus de 8000 points de collecte installés sur le territoire« .

Sources :

  • Document ADEME sur les lampes basse consommation
  • Site Web « Le mercure dans l’environnement » Environnement Canada
  • Le mercure et la santé humaine, visitez le site Web de Santé Canada

Crédit photo : mononeuronico


Partagez cet article !

http://www.bien-et-bio.info/ampoule-mercure/

Lisez aussi ces autres articles !

Ecrit par Ann-Charlotte - Dernière mise à jour : le 2 juin 2009

Thèmes associés :

Les commentaires :
jeando

salut à tous,
j’ai cassé hier soir une ampoule basse consommation. Cette nuit, j’ai été réveillé par des impatiences dans les bras et les jambes. Les deux évènements sont-ils liés ? Y a-t-il un risque ?
Merci
Jean-Do

Rémy

Merci pour cet article, j’aime beaucoup les infos qui circulent sur ces ampoules.
La conclusion est simple à mon avis: les ampoules basse consommation, c’est mieux qu’avant, mais peut mieux faire encore !

Croquette

Salut à tous.

Ces lampes sont utopiques. Bien plus chères à fabriquer. Extrèmement polluantes que ce soit par le mercure ou les ondes électromagnétiques. Elles prennent feu très facilement sans faire sauter le fusible ou le disjoncteur de l’installation électrique. J’ai déjà eu le cas, la lampe se consummait tranquillement et j’ai fallis mettre le feu chez moi… Pourquoi ça prend feu? Elles sont fabriquées avec des composants électroniques grand public au lieu de composants de bonne qualité. Les pattes de composants sont trop longues, donc ça vibre et ça fini par se déssouder. Vous ne me croyez pas? En fin de vie d’une telle lampe, ouvrez donc le culot pour voir le « foutoir » qu’il y a à l’intérieur. Attention de ne pas péter le tube (mettez des gants et faites ça dans un endroit bien aéré)! Le ministère de l’écologie s’est encore trompé en nous imposant ce danger à la maison!! Que veulent-ils? Tuer les Français petit à petit? En tous cas les fabricants doivent se frotter les mains!! Avant hier, j’ai viré TOUTES mes lampes fluo. Déjà, j’ai moins mal aux yeux!! Etrange, non? Sans oublier qu’au bout de quelques heures elles perdent un peu de leur luminosité et qu’au final elles crament avant les bonnes vieilles ampoules à filament! Le plus souvent, c’est l’électronique bas de gamme made in China qui crame alors que le tube est encore bon. Tant qu’à prendre des lampes fluos, autant prendre le bon vieux tube fluo. Un tube avec son support c’est moins de 10 Euros. Le tube quand il grille (des années avant que ça arrive: entre 5 à 20 ans ou plus…), c’est 1 Euro. Le starter c’est 1 Euro aussi et ça au moins même si ce n’est toujours pas écologique, c’est VRAIMENT économique…
Ca me fait penser au remplacement du plomb contenu dans l’essence par du benzène hautement cancérigène!! Non mais, ceux qui nous pondent ça, avez-vous un cerveau parfois?? Avez-vous des ingénieurs/savants pour vous aider à choisir quelque chose de VRAIMENT moins dangereux au lieu de l’inverse??
J’ai envoyé un email au ministère de l’écologie le jour où j’avais entendu le journaliste à la télévision dire qu’il faudrait remplacer les lampes classiques par des lampes fluos. J’ai reçu une réponse 1 mois après pour dire qu’ils me tiendraient au courant!! Depuis, j’attends… Ben voyons, encore le même coup que pour l’amiante qu’on savait dangereuse dès le début du 20 ème siècle et qu’on a interdit presque 100 ans après?? Faut dabbord faire plein de profit et gagner plein de pognon et tuer plein de personnes pour interdire cette « saloperie »??

L’avenir est plutôt aux LED. Du moins quand elles seront à un prix plus abordable mais on y arrive tranquillement.

Je ne suis pas du genre écolo, mais je tiens à ma santé quand même. Je suis aussi contre le gaspillage, ce qui est un peu écolo je pense…

Ensuite, c’est à vous de voir. Faites donc des recherches à l’aide de Google sur la dangerosité de ces lampes…

Salut.

titinettedu28

personellement, il m’est arrivé de casser une ampoule éco, et j’ai ramassé les morceaux à mains nues, sans aucuns problèmes par la suite, alors que je suis très allergique au contact du mercure (allergie cutanée), donc il y a vraiment une dose infime de mercure, j’ai équipé mon logement que d’ampoules éco, et je ne changerais pour rien au monde.

Ann-Charlotte

Bonjour,

Pour faire plaisir à croquette (;-)) nous allons prochainement proposer sur le site http://www.bien-et-bio.com toute une gamme d’ampoules à LED…
Et voilà, tout le monde va être content !

Jean-Claude

Je n’emploie chez moi que des ampoules basse consommation, ce dont je suis satisfait jusqu’alors.
Seulement voilà, problême : la récupération.
Actuellement, je ne connais pas de grandes surfaces qui récupèrent ces ampoules (rassurez-vous, elles savent les vendres). J’ai fait part de cette tare à une grande enseigne nationnale qui m’a répondu qu’effectivement elle ne récupérait que les piles.
Ceci va à l’encontre de tout ce que l’on peut entendre sur le sujet.
Quand la grande distribution et les politiques vont-ils céssés de nous prendre pour des C….,restons polis, pour des imbéciles?

Marie

Ces derniers temps, le lobby « vert » est surtout un lobby d’argent et très peu soucieux de la planète.
Cet article en est la démonstration : il essaie tant bien que mal, mais plutôt mal, de « sauver » l’idée que les ampoules au mercure ce n’est finalement pas si mal…. Mais c’est pitoyable ! Ne serait-ce que le début de l’article qui se contredit dès les deux premières phrases : « L’engouement pour les lampes basse consommation ne dément pas. Certains distributeurs proposent des opérations coup de poing pour inciter les ménages à s’équiper »
Faudrait savoir !!!! c’est un engouement ou bien il faut des opérations coup de poing pour que les gens achètent ?????
Pour ma part, j’ai depuis bien longtemps fait ma réserve (énorme !) en ampoules à incandescence et j’en suis bien heureuse ! De toutes façons, la consommation électrique des lumières dans une maison représentes tout au plus 10% de la facture ! Alors qu’on arrête de nous bassiner avec des économies d’énergie bidons, quand un gâchis d’électricité est fait par ailleurs dans les éclairages de monuments, les immeubles de bureaux éclairés toute la nuit, etc.. etc….

victor

Je cite l’introduction de la page :
« toutefois, et avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler qu’il n’y a pas de rejet de mercure lorsque les lampes sont intactes ou en utilisation. le mercure est enfermé dans le verre ! »

Eclairez ma lanterne. Pour quelle raison les thermomètres médicaux au mercure ont-ils été interdit ( via décret Français s’il vous plaît )

réponse : « Les ampoules au mercure ne sont pas dangereuses car ce mercure est enfermé dans le verre alors que dans les thermomètres médicaux, le mercure bien qu’enfermé dans le verre présentait un danger en regard de sa trop grande quantité ce qui justifiât l’intimation d’un décret d’interdiction du mercure en France par un décret insufflé par Bruxelles. » J’ai juste la ?

la lecture de l’introduction m’apprend qu’il y a très peu de mercure dans les ampoules écolo.
Disons le carrément, la quantité de mercure ne justifie en rien un débat tellement il y en a peu ou pas beaucoup!

D’ailleurs, si une ampoule est cassée, il faut la rapporter au magasin ou centre agrée pour recyclage.

Le mercure n’est pas toxique en petite quantité. Il ne viendrait à l’esprit de personne d’en exiger d’avantage.

De surcroît, il ne faut pas dormir à coté d’une ampoule au mercure, tout comme il ne vient à l’esprit de personne de dormir avec un téléphone portable sous l’oreiller. Cela va de soi.

Pourquoi ce débat sur une dangerosité hypothétique puisque les ampoules au mercure sont inoffensives, et qu’elles sont obligatoires par décret ?
Quelle année et numéro ce décret s’il vous plaît ?
La loi ne peut être dangereuse, pas vrai ?

Quant-au prix, il y a toujours des gens pour raconter que les fabricants situés dans les pays asiatiques disposent d’une main d’œuvre sous payée, sans charges sociales, ni RDS, ni URSSAF, ni taxe sur la taxe à la valeur ajoutée.

Qu’est-ce qu’on est mauvaise langue.

Ce qui explique le coût de ces ampoules car il faut tout de même une toute petite main d’œuvre non qualifiée pour verser le très peu de mercure dans le godet de l’ampoule… inutile de fouetter un chat pour si peu.

Marylou

Le jour où enfin, les dangers d’une infime quantité de mercure sur la santé mentale et physique de certaines personnes sera reconnu par nos trop chers lobbies, il sera peut-être trop tard…..

sylvie

Bonjour,
Pour répondre à Jean-Claude, mess du 1er nov, il faut savoir que les magasins LECLERC ont des bacs de recyclage à l’entrée de leurs magasins : piles, piles boutons, néon, ampoules basses consommation, cartouches d’encres… Peut-être même, en ai-je oublié.

stéphane

Bonjour à tous, je suis stupéfait de lire que 3 mg c’est peu. Tromperie des fabricants d’ampoules, la dangerosité du mercure est exprimée en micro gramme . Pour exemple, 500 micro g est excessivement toxique pour l’organisme c’est pourtant 6 fois moins que les 3 mg annoncés. Je vous conseille de lire le livre de Françoise Cambayrac « vérités sur les maladies émergentes » et le mercure bien sur…
Bonne réflexion à tous..

Alicia

Bonjour,
Merci pour les infos.
Je ne savais pas que l’on pouvez jeter directement à la poubelle une ampoule cassez contenant du mercure.

Alicia F.

Laisser un commentaire
*Vous devez renseigner votre prénom.
*Vous devez renseigner votre adresse email ou celle-ci n'est pas valide.
*Votre URL n'est pas valide.
*Veuillez saisir un commentaire

(required)

(required)