Vous êtes ici : Bien et Bio » Environnement » Pollution & Environnement » Les distributeurs, écologiques ou opportunistes ?

Les distributeurs, écologiques ou opportunistes ?

0 commentaire

tesco_blue_green.jpg

Les principales enseignes de la grande distribution s’engagent en faveur du développement durable, essentiellement dans cinq domaines :

– l’usage des énergies propres
– la réduction des déchets ;
– l’utilisation de matériaux biodégradables ;
– le commerce équitable ;
– la promotion de produits sains et respectueux de l’environnement.

En France, Casino s’engage pour préserver les ressources issues de la pêche, tandis que Monoprix met en avant ses labels écologiques et ses produits « commerce équitable ».


Autre initiative : Carrefour vient de lancer « l’autodiagnostic développement durable » un outil d’auto-évaluation
destiné aux fournisseurs. Après validation des résultats déclarés, les fournisseurs les plus engagés en matière de développement durable seront mis en avant par les enseignes du groupe Carrefour via quatre niveaux de performance : platine, or, argent et bronze.

Mais c’est ailleurs que les politiques mises en place sont les plus frappantes.

Wal-Mart et Tesco ont équipé certains magasins pilotes de panneaux photovoltaïques ou de systèmes de refroidissement alternatifs, tandis que Mark & Spencer devrait consacrer 200 M £ sur 5 ans aux 100 engagements de son « eco-plan ».

La palme de l’effort écologique revient au leader britannique de la distribution, Tesco, s’est en effet engagé à donner les émissions de CO2 pour chacun des 70 000 produits qu’il commercialise, avec l’appui du ministère de l’environnement et de Carbon trust, une agence spécialisée qui a mis au point la méthode de calcul des émissions carbone utilisée en Grande–Bretagne. Ainsi, entre les émissions de CO2 engendrées pour la fabrication, le transport, et le recyclage de chaque produit, les consommateurs pourront prendre concience de la pollution souvent obsène engendrée par certains produits de grande consommation, et adapter le contenu de leurs caddies.

Lorsque l’on sait qu’un aliment parcourt en moyenne 2500 km pour arriver à son consommateur, on mesure l’importance qu’une telle prise de conscience pourrait avoir dans les modifications des comportement d’achat.

Un premier pas en douceur vers le concept de carte carbone ?…..


Partagez cet article !

http://www.bien-et-bio.info/distribution-ecologie-emission-carbone/

Lisez aussi ces autres articles !

Ecrit par Ann-Charlotte - Dernière mise à jour : le 17 août 2007

Thèmes associés :

Les commentaires :

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire
*Vous devez renseigner votre prénom.
*Vous devez renseigner votre adresse email ou celle-ci n'est pas valide.
*Votre URL n'est pas valide.
*Veuillez saisir un commentaire

(required)

(required)