légalisation cannabis

Le cannabis fut découvert par les humains depuis des milliers d’années, les premiers contacts remontent à la préhistoire. Il était à l’origine utilisé pour des rituels spirituels, pour extraire l’huile de ses graines ou pour fabriquer des vêtements grâce à ses fibres textiles très résistantes. Son origine se situe dans les montagnes de l’Himalaya, en Asie. Cependant, nos connaissances sur ce sujet sont encore relativement limitées.

Depuis le début du 20e siècle, la légalisation du cannabis en France et dans le monde a généré de nombreux débats. Le cannabis a fait l’objet d’une criminalisation, toujours considérée comme une drogue dangereuse dans de nombreux pays.

Cependant, en marge de la question de sa légalisation, des chercheurs ont constaté que d’autres drogues, comme le tabac ou l’alcool, peuvent être plus préjudiciables que ce beuh légal à court, moyen et long terme.

Situation actuelle

La légalisation du cannabis en France n’est pas encore pour demain. La France est l’un des pays européens les plus répressifs en la matière (à part pour la beuh légal qu’est le CBD). La consommation de petites quantités peut entraîner une amende de 200 euros. Malgré les appels de médecins, d’élus locaux ou de responsables associatifs, les dirigeants ont continué à les ignorer.

Seul le cannabis non psychoactif avec une teneur en THC inférieure à 0,2% et un certificat de conformité est autorisé. La France est également soumise à la réglementation de l’Union européenne à ce niveau.

Cependant, cette loi, parfois ambiguë pour les citoyens des autres pays de l’Union européenne, reflète une certaine hypocrisie. En effet, la France est l’un des cinq pays de l’Union européenne les plus consommateurs.

légalisation

La Législation du cannabis en France

Le cannabis dans la législation française est muni aux règles suivantes :

  • La possession ou la consommation dans les lieux, les routes, les locaux ou les transports publics est interdite. Il est passible d’une amende forfaitaire de 200 euros.
  • Les variétés établies par la réglementation européenne peuvent être cultivées avec moins de 0,2% de THC. Il s’agit clairement d’une culture axée sur la consommation personnelle. La culture commerciale est interdite sans autorisation préalable
  • La vente de cannabis est totalement interdite en France.

En revanche, la législation concernant la CDB semble être plus souple que dans certains pays voisins comme l’Espagne. Le cannabidiol, ou CBD, est un cannabinoïde aux propriétés thérapeutiques et analgésiques inégalées.

Malgré un certain vide juridique, il n’y a pas d’interdiction claire de la vente de CBD en France. Celui-ci est disponible dans les magasins spécialisés sous forme d’huile, de fleur séchée ou d’e-liquide pour e-cigarettes. Ci-dessous, nous entrerons plus en détail sur le statut juridique de la marijuana médicale.

Ce que la loi dit sur le cannabis médical

Tout d’abord, il est important de se rappeler que le cannabis riche en CBD possède d’importantes propriétés analgésiques et relaxantes. Il peut soulager la douleur, les nausées, les migraines, l’anxiété, ainsi que les troubles de l’appétit ou du sommeil.

Bien que légale, la prescription de cannabis thérapeutique reste un réel obstacle en France. Selon le décret n° 2013-473 du 5 juin 2013, la National Drug Safety Administration doit obtenir son accord préalable avant de commercialiser le médicament. Actuellement, seuls trois médicaments existent en France, dont le bien connu Sativex, qui contient autant de THC que de CBD.

Cependant, sa commercialisation est au point mort en raison de l’absence d’accord sur les prix de commercialisation et les taux de retour. Le fait qu’il s’agisse d’un médicament très coûteux ne facilite pas les choses. Les patients atteints d’une maladie grave qui n’ont pas de traitement conventionnel peuvent utiliser des médicaments sur ordonnance. Ce remède a notamment prouvé son utilité pour les personnes atteintes de sclérose en plaques,

Légaliser le cannabis pour « reprendre le contrôle » contre les trafiquants et mieux protéger les mineurs. C’est ce que les législateurs de la commission parlementaire recommandent dans un rapport publié mercredi dans le contraste frappant de la guerre contre la drogue parrainée par le gouvernement. « Depuis cinquante ans, la prohibition poursuit un objectif inaccessible sans avoir les moyens de réaliser ses ambitions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here