La notion d’empreinte en eau ou « eau virtuelle » est apparue dans les années 1990 pour évaluer l’eau utilisée pour la production de nourriture et des biens que nous consommons. En effet, tous les produits qui nous entourent ont nécessité à un moment de leur élaboration, cet élément en passe de devenir si précieux : l’eau.

Ainsi, par exemple, pour « obtenir » un steack :  Il faut 3 ans pour que la boeuf atteigne l’âge adulte et produise environ 200kg de viande fraîche. Durant ces trois ans, le boeuf va consommer 1300 kg de grains (blé, maïs, soja, avoine…) et 7200 kg d’herbe. Pour cultiver ces champs, il va falloir environ 3 millions de litres d’eau. A cela s’ajoutent les 24 000 litres d’eau bus par le boeuf et les 7 000 litres supplémentaires pour son entretien. Bref, pour obtenir 1 kg de boeuf, il aura fallu 15 340 litres d’eau… Je ne cherche pas à vous convaincre sur le végétarisme, bien sûr, mais tout de même, autant le savoir.

Si les aliments à base d’animaux sont très consommateurs d’eau, ils ne sont pas les seuls. La culture du coton, notamment, est extrêmement consommatrice d’eau. Pour vous donner un petit aperçu des « coûts en eau » d’éléments de notre quotidien :

L’EAU VIRTUELLE CONTENUE DANS QUELQUES PRODUITS
ProduitsQuantitéEau nécessaire (en litres)
Paire de chaussures18000
Hamburger150g2400
Verre de jus de pomme200ml190
Verre de jus d’orange200ml170
Oeuf40g135
Pomme100g70
Tranche de pain30g40
Puce électronique2g32
Tomate70g13

Source : Water footprint of nations, A.K.Chapagain et A.Y. Hoekstra, Unesco, 2004 http://www.linternaute.com/savoir/dossier/eau-virtuelle/produits.shtml

Bien entendu, cette base de calcul permet de pointer des disparités énormes dans les consommations d’eau à travers le monde… les pays souffarnt le plus de pénurie d’eau étant bien sûr ceux qui en consomment le moins :


Source : Water footprint of nations, A.K.Chapagain et A.Y. Hoekstra, Unesco, 2004

Ce constat a été déclencheur de l’initiative Water Neutral qui vise à reproduire sur l’eau les projets de neutralité et de compensation qui se développent sur les émissions de CO2.

Si vous souhaitez intégrer cette notion de coût en eau de votre quotidien, le site Waterfootprint vous propose un calculateur, qui vous aidera à mettre en pratique cette nouvelle prise de conscience.
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here