Vous êtes ici : Bien et Bio » Santé et alimentation » Alimentation saine » Le bio dans la restauration collective d’ici 2012

Le bio dans la restauration collective d’ici 2012

6 commentaires

A la redécouverte des aliments. Le bio a une fonction éducative, une réappropriation de l'alimentation...

Vous qui me lisez êtes peut être parents (internaute bio et parent n’est pas incompatible). Alors vous avez sans doutes entendu avec intérêt une mesure annoncée par le ministre de l’agriculture : introduire 20% de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective d’ici 2012. Zoom sur cette promesse.

Un objectif ambitieux, qui mérite d’être souligné. Parce qu’au delà des chiffres, c’est une action positive pour :

  • La filière bio, qui va être soutenue par le gouvernement
  • conversion de 6% des terres cultivées d’ici 2012 et 20% d’ici 2020
  • Les enfants (grande partie de la restauration collective publique) vont mieux manger
  • Et surtout, ce sont les générations futures qui commencent à être éduquées au bio.

Pour toutes ces raisons, l’arrivée du bio est une excellente chose. « L’éducation nutritionnelle est un moyen de réduire les coûts des maladies liées à une mauvaise alimentation« , explique Ezzeddine Boutrif, directeur de la Division de la nutrition et de la protection du consommateur à la FAO. L’alimentation bio est une solution.

Un défi pour les sociétés modernes

  • à court terme (alimentation immédiate, mieux être)
  • à moyen terme (développement de la filière, agriculteurs, exploitants, commerçants)
  • à long terme (moins de maladies alimentaires, obésité en baisse…)

Le frein principal ne réside pas dans les choix du consommateur, c’est bien une barrière financière qui se pose. Parce qu’un repas bio, ne nous voilons pas la face, est pour l’heure, facturé plus cher qu’un repas « traditionnel ». Pour faire changer la donne, l’état (en qualité d’investisseur moteur), doit investir à l’échelle Nationale.

Une prise de conscience à l’échelle Nationale

Si pour l’alimentation bio, il faut privilégier la filière locale (petits producteurs, exploitations voisines) pour limiter notamment les coûts de transport, le financement lui doit être généralisé. L’échelle locale, ou encore de communautés de communes, ne suffit pas à supporter le basculement vers le bio. L’intégration de produits de saison et de produits locaux est au programme, dans les mêmes proportions que le bio (20%). C’est donc une logique logistique et financière distincte qu’il va falloir adopter. Penser / financer globalement, agir localement.

Les générations futures éduquées au bio.

Les communautés de communes, voire les municipalités qui ont décidé de faire le grand saut vers le bio l’ont, la plupart du temps, fait par engagement éthique. Car seul, ou regroupé très localement, c’est une « faillite » (pour reprendre les mots de François Fillon) assurée.

L’état doit donc jouer son rôle d’information (comme pour le Programme National Nutrition Santé) mais aussi son rôle financier.

Généralisation à toute la restauration collective ?

Cet objectif ne concerne pour le moment que la restauration collective publique ! Mais une évaluation (d’ici 2 à 3 ans) devrait permettre de fixer les conditions d’une généralisation. Une expérimentation, comme cela se fait en Rhone Alpes avec le bio.

Les sociétés qui proposent de la restauration seront obligées, elles aussi, de se mettre au bio (par contrainte réglementaire ou par lobbying de consommateur). Sodexho par exemple, mène déjà des actions, mais le mot bio n’est pas prononcé.

« Dans 55 villes, nous avons créé des clubs Fêtavi pour sensibiliser les enfants de 7 à 11 ans sur l’importance d’une alimentation équilibrée » peut on lire dans un communiqué du groupe (*.pdf). Des « leçons » sur l’alimentation. Mais c’est dans l’assiette que l’on veut voir les progrès !

A lire également :

L’Alimentation Biologique : Pourquoi ? Comment ?

Source : CapitalismeDurable, Sodexho
Crédit photo : iStockPhoto, Bio-centre


Partagez cet article !

http://www.bien-et-bio.info/alimentation-bio-enfant/

Lisez aussi ces autres articles !

Ecrit par Ann-Charlotte - Dernière mise à jour : le 20 novembre 2007

Thèmes associés :

Les commentaires :
Helene

J’ai une copine qui est présidente dune crèche… et pour elle c’est très bien, mais quasi ingérable ds la réalité:
les parents ne sont pas tous concernés par la question, loin de là ! et ensuite quid des fournisseurs!
alors comme je lui ai dit, attendons que le grenelle permette aux filières de s’organiser… j’en parlerai prochainement sur mon blog de se sujet…

en attendant
… quand vous étiez petit, vous croyiez quoi… question alimentaire ?!
http://www.facebook.com/group.php?gid=8503785538&ref=mf

missbio

Bonsoir,

Personnellement, je suis de la Drôme, un département qui fait bcoup dans le domaine du bio… j’avais tenté de proposer à l’école de ma fille un repas durant la semaine du « printemps bio »… j’avais donné les infos pour contacter les structures qui permettrait les gestionnaires de la mairie de contacter les fournisseurs en produits bios… mais le sujet qui est revenu souvent sur le tapis durant la première réunion… c’est… les parents d’élèves accepteront-ils de payer un supplément pour que leurs enfants mangent du bio ?

Morale : quand on sait l’apport sur la santé que peut offrir l’alimentation bio… comment peut-on encore parler d’argent quand on parle de nourriture ??

http://coachingaunaturel.unblog.fr

PROUST

Bonjour,
Le secteur bio est en panne,pas de maraîchers,pas de produits de proximités,un secteur agricole soutenu par la FNSEA qui fixe des rendements de céréales énormes(+20% par an dans le Poitou-Charente).Pourquoi le secteur Bio ne décole pas,manque de terre,manque de soutiens,blocages des autorités contre un secteur qui fait de l’ombre aux lobbies.
C’est à nous citoyens de nous organiser pour permettre à de petites structures locales de fonctionner.
Salutation

daniel

je suis producteur de legumes secs en Vendees ,je voudrais commercialiser mes productions ,haricots secs ,lentilles ,mais j’ai beaucoup de mal a etablir des contacts pour vendre mes produits vers la restauration collective;si des personnes peuvent me donner des tuyaux il seraient les bien venus ;merci

Bien et bio

Le message est passé. Production en bio j’imagine ?

Vincent

Bonjour,
Nous avons créé un blog à Rueil Malmaison pour faire la promotion du bio dans les cantines scolaires en nous appuyant sur la circulaire du Premier Ministre. Nous pensons en effet que les cantines notamment celles des écoles de Rueil peuvent fournir des volumes suffisamment importants pour qu’un producteur franchisse le pas et passe au bio.
Si vous souhaitez soutenir notre action, rendez-vous sur macantinebio.com

Laisser un commentaire
*Vous devez renseigner votre prénom.
*Vous devez renseigner votre adresse email ou celle-ci n'est pas valide.
*Votre URL n'est pas valide.
*Veuillez saisir un commentaire

(required)

(required)