Les amateurs de cannabis peuvent enfin se réjouir après 60 ans, l’ONU a décidé de retirer le cannabis de la liste des drogues les plus dangereuses, parmi lesquelles l’héroïne et la cocaïne. L’OMS ayant proposé toute une série de mesures pour la réforme internationale du cannabis, la Commission des stupéfiants des Nations unies s’est réunie pour voter, modifiant entre autres les tableaux qui classent depuis 1961 les plantes et les composés psychoactifs en fonction de leur dangerosité.

Le cannabis, utilisé depuis longtemps pour soulager les douleurs chroniques, la maladie de Parkinson, l’épilepsie et même le cancer, ainsi que de nombreux autres problèmes de santés, présente de nombreux bienfaits qui incitent de plus en plus de consommateurs à l’essayer et augmentent sa consommation. Il est possible de l’acheter à des fins thérapeutiques dans notre pays sur présentation d’une ordonnance médicale régulière. Cependant, beaucoup ne peuvent pas recevoir la thérapie dont ils ont besoin : selon Sole24Ore, l’Italie a besoin de 1950 kg par an de cannabis thérapeutique, mais elle ne peut pas satisfaire entièrement cette demande et est obligée d’importer le reste des Pays-Bas.

DÉCISION DE L’ONU : CE QUI VA SE PASSER POUR LE CANNABIS

Aujourd’hui, dans la plupart des régions du monde, la consommation et la possession de cannabis sont illégales. Dans d’autres pays, cependant, les propriétés thérapeutiques du cannabis sont connues et reconnues, et la législation en la matière varie considérablement d’un pays à l’autre. L’Uruguay a été le premier pays à le légaliser (2013), suivi par la Californie et le Colorado aux États-Unis. En Europe, la culture et la possession de cannabis sont illégales en France, en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande, en Finlande et en Grèce ; aux Pays-Bas, en revanche, comme on le sait, la législation est beaucoup plus permissive à cet égard. En Espagne, le cannabis ne peut être stocké ou cultivé qu’à domicile.

Il est difficile de prédire la suite des événements. Cette décision constitue un pas très important vers la reconnaissance de l’importance et des bienfaits de cette substance, mais dans l’immédiat, on peut supposer que le débat ne portera que sur la possession et la vente de cannabis. Les différents gouvernements auront le devoir de décider chacun de la voie à suivre, à l’intérieur de leurs propres frontières. Pour le dire clairement, il faudra encore longtemps avant que des résultats concrets soient obtenus au niveau des différents gouvernements nationaux. Toutefois, comme nous l’avons mentionné, cette décision est très positive et servira très probablement d’incitation à la recherche médicale dans le domaine du cannabis.

impact CBD

UNE VICTOIRE POUR LA SCIENCE

Selon l’Association Luca Coscioni, il s’agit d’une victoire pour la science. Le cannabis ne fait plus partie des substances considérées comme dangereuses, et c’est un progrès qui profite à la recherche et à l’expérimentation scientifique, dont les progrès rapides sur ce sujet sont inévitables. L’Union européenne a voté de manière compacte et ferme en faveur de ce changement ; les pays qui s’y sont le plus opposés sont les pays asiatiques et africains. Leonardo Fiorentini, secrétaire national du Forum Droghe, affirme toutefois que le cannabis est une ressource et un remède précieux, raison pour laquelle il est inutile, nuisible et contre-productif de lui faire la guerre ; « Le vent idéologique de la prohibition souffle encore fortement dans le monde, étant donné la faible marge des votes favorables », ajoute-t-il.

Le 19 novembre, la Cour européenne de justice a précisé que le CBD, le composé du cannabis utilisé pour ses propriétés thérapeutiques, ne doit même pas être considéré comme un stupéfiant. En effet, les amateurs de cannabis savent depuis longtemps qu’il s’agit d’un « bon » composé, plein d’effets positifs pour le corps et l’esprit, allant de la relaxation à des propriétés analgésiques, antiépileptiques et anti-inflammatoires. Le THC, quant à lui, est le composé psychoactif du cannabis, et c’est celui qui ne peut être vendu ou commercialisé, étant donné ses effets stupéfiants. En Italie, depuis 2007, la prescription de cannabis médical est autorisée au sein de l’établissement pharmaceutique de Florence, mais la chose reste très vague et soumiss à de nombreuses incertitudes.

MAIS ALORS, QU’EST-CE QUI CHANGE AVEC CE NOUVEAU TOURNANT ? TOUT EST COMME AVANT ?

Dès que la nouvelle est tombée, les médias ont parlé d’un « tournant » sur le chemin de la légalisation du cannabis pour des produits qu’on peut voir par exemple dans la video sur la page https://magicweedamsterdam.wistia.com/medias/gpi5oy7dzy. Dans les faits, cependant, les choses restent les mêmes : bien sûr, le cannabis peut être extrait, produit et utilisé dans le domaine médical, mais pour les usages non scientifiques, il reste une substance à garder sous contrôle, même si son usage thérapeutique est reconnu. Le cannabis et la résine de cannabis sont exclus du tableau IV, celui qui comprend les substances les plus dangereuses. L’UE a voté en faveur de leur exclusion, seule la Hongrie s’y opposant. D’autres recommandations à l’étude n’ont pas été approuvées. Des pays comme le Japon, la Thaïlande et d’autres pays asiatiques se sont opposés à l’inclusion des extraits et teintures de cannabis dans le tableau I (ce qui nous aurait permis de ne pas préciser comment les préparer) et cette recommandation a été bloquée. Il s’agissait donc d’une simple approbation formelle d’une chose déjà réalisée ou reconnue dans les faits, à savoir l’inclusion du cannabis parmi les substances thérapeutiques.

Cependant, les Nations Unies continuent à le considérer comme une substance dangereuse. L’organisation continue de pointer du doigt les coûts humains et sociaux du trafic de drogue. Et le cannabis est actuellement la drogue la plus largement utilisée, donc… La légalisation serait en tout cas pratique du point de vue de la lutte contre le crime organisé, qui est le premier à profiter de la prohibition et des restrictions imposées à la commercialisation des drogues. Lorsqu’il s’agit de substances très puissantes et nocives, je suis d’accord, mais dans le cas du cannabis, la plupart des États dans le monde ont des programmes d’expérimentation médico-scientifique en cours sur cette substance. Il s’agirait simplement de la reconnaissance d’un état de fait.

EN CONCLUSION…

Benedetto Della Vedova, de + Europa, suggère : « L’Italie devrait suivre les conseils de l’ONU et supprimer définitivement les restrictions prohibitionnistes et vexatoires qui empêchent encore des milliers de patients d’utiliser et de cultiver du cannabis à des fins thérapeutiques. » Le conseil semble pertinent. Si le cannabis est tellement utile pour le traitement de toute une série de maux, la communauté scientifique elle-même reconnaît son importance, au point de mener des études systématiques et rigoureuses pour mieux comprendre ses propriétés. Il est temps de s’adapter au changement qui s’opère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here