conseils de cybersécurité

En tant qu’individu avant-gardiste qui souhaite le maximum pour votre pratique médicale, vous avez déjà reconnu l’importance d’utiliser un logiciel de soins de santé basé sur le cloud. Le cloud utilise plusieurs installations redondantes pour stocker les données afin de les protéger en cas de panne catastrophique dans n’importe quel centre de serveurs. Son personnel informatique se concentre également sur la sécurité des données et s’assure que les dossiers de vos patients sont disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an, même lorsque les cyberattaques affligent les institutions connectées à Internet.

Quiconque n’a prêté qu’une attention superficielle à l’actualité sait sans aucun doute que les organisations de soins de santé deviennent une cible de choix pour les pirates informatiques criminels. Vous connaissez également les effets négatifs potentiels qu’une violation de données aura sur une pratique, y compris la perte de temps et d’argent et l’érosion de la confiance que les patients ont placée dans votre organisation.

Les hôpitaux, les cabinets médicaux et les cliniques ont été exposés à des cybermenaces qui peuvent avoir de graves répercussions. Une méthode d’attaque courante consiste à installer un rançongiciel. Une fois que le système d’une organisation médicale a été compromis, souvent parce qu’un employé a cliqué sur un lien dans un e-mail sommaire, tous les dossiers des patients sont retenus en otage jusqu’au paiement de la rançon. Les virus informatiques peuvent arriver par e-mail, SMS et sites Web configurés uniquement dans le but d’attaquer les utilisateurs finaux naïfs et peu avertis.

Ainsi, bien que le service informatique de votre fournisseur de services cloud gère la sécurité de son côté, vous devez toujours faire face à des problèmes de sécurité potentiels dans votre propre bureau et vous assurer que votre personnel sait quoi faire pour protéger les informations des patients.

Dans cet esprit, voici 9 conseils qui vous aideront à améliorer la cybersécurité des soins de santé dans votre organisation et à réduire les risques d’attaques.

1. Assurez-vous que le personnel est correctement formé sur les protocoles de cybersécurité des soins de santé

Dans la plupart des situations, le maillon le plus faible de la cybersécurité dans votre pratique médicale sera l’utilisateur. S’assurer que votre personnel connaît toutes les mesures appropriées à prendre (et faire appliquer ces mesures) rend l’organisation dans son ensemble plus sûre.

Vous devrez peut-être faire appel à un consultant qui pourra d’abord évaluer le niveau de connaissances de votre équipe, puis fournir une formation pour que tout le monde se familiarise avec les derniers protocoles de sécurité.

2. Ne retardez pas les mises à jour logicielles

Vous êtes occupé et vous n’aimez pas l’idée de mettre votre système informatique hors ligne pour effectuer des mises à jour logicielles de base. Cependant, négliger d’obtenir la dernière version de votre logiciel désormais obsolète rend vos appareils beaucoup plus vulnérables aux attaques. Tous les correctifs de sécurité fournis avec la mise à jour ne seront pas disponibles pour vous.

Les pirates informatiques tirent parti de la complaisance des gens et peuvent se faufiler dans des systèmes obsolètes plus facilement que les systèmes dotés de la dernière protection.

3. Contrôlez l’accès aux données protégées des patients

Vous avez sans aucun doute vu des reportages sur des patients dont les informations privées ont été volées par des pirates. Ces détails sensibles sont protégés par la loi sur la portabilité et la responsabilité de l’assurance maladie ou HIPAA. Si vous ne parvenez pas à sécuriser ces données, les résultats peuvent être désastreux. Les hackers criminels utilisent les informations confidentielles des patients pour commettre un vol d’identité, prendre des fonds sur des comptes bancaires et causer beaucoup de ravages.

Demandez à votre équipe de sécurité de contrôler soigneusement l’accès aux dossiers des patients, en autorisant uniquement les personnes autorisées à accéder aux détails. Vous pouvez auditer le système pour vérifier qui a accédé à quoi et quand. Il est important de supprimer l’accès aux employés qui ont été licenciés, pour les empêcher d’entrer dans le système et de causer des problèmes dans leur tentative de vengeance. Les logiciels de soins de santé comme les applications de dossier de santé électronique rendent l’accès aux informations beaucoup plus facile à contrôler. Pour sécuriser vos applications mobiles ou vos sites web vous pouvez contacter l’agence digitalpitch.

4. N’utilisez pas le même mot de passe pour tout

L’utilisation de mots de passe faciles à deviner ou du même mot de passe pour toutes les plates-formes augmente considérablement les vulnérabilités. La nature humaine motivera vos employés à utiliser un seul mot de passe simple pour accéder à leurs informations, mais c’est une grave erreur.

Il peut être tentant de configurer un mot de passe pour consulter vos e-mails, accéder à votre banque et à votre boutique en ligne préférée ainsi que voir les dossiers des patients, mais la commodité et la facilité de connexion au lieu de suivre les exigences de sécurité des patients n’ont pas leur place dans un bureau moderne.

Tout ce qu’un criminel doit faire est de découvrir un mot de passe fonctionnel, puis de l’appliquer à tous les autres comptes que la victime utilise. La commodité d’un seul mot de passe conduit à un vol de données catastrophique. Les criminels peuvent causer encore plus de méfaits s’ils pénètrent dans le système et modifient réellement les informations contenues dans les dossiers des patients.

Une solution simple consiste à obliger les employés à générer périodiquement de nouveaux mots de passe. De cette façon, même si un criminel parvient à saisir un identifiant de connexion particulier, l’accès sera bientôt coupé dès que vous ferez la prochaine mise à jour.

cybersécurité des soins de santé

5. Stockez les mots de passe dans un endroit sécurisé

Demandez à votre équipe de ne jamais inclure de mots de passe dans un document ou un e-mail partagé. Ils devraient plutôt utiliser un système de stockage de mots de passe éprouvé. Gardez à l’esprit qu’une raison courante pour laquelle les gens contournent les protocoles de sécurité par mot de passe est liée à leur mémoire limitée.

Au lieu d’écrire un mot de passe sur une note autocollante et de le cacher dans un tiroir de bureau, il sera plus efficace si chaque utilisateur conçoit un mot de passe basé sur une phrase. Par exemple, un membre de votre équipe pourrait utiliser une phrase telle que « Tous les matins, je vérifie mes e-mails pendant que le café se prépare » et utiliser la première lettre de chaque mot pour créer le mot de passe « emIcewtcb » avec une lettre majuscule. L’inclusion de chiffres et d’autres caractères contribue à rendre le mot de passe encore plus sûr.

6. Effectuez régulièrement des évaluations des risques

Ne pas savoir où se trouvent vos vulnérabilités rend beaucoup plus difficile la protection contre les attaques. Vous n’aurez pas une compréhension claire des problèmes de sécurité de votre organisation si vous ne procédez pas régulièrement à des évaluations des risques.

La complaisance est votre ennemie ici. Votre propre équipe informatique peut effectuer l’évaluation des risques, ou vous pouvez travailler avec des personnes plus objectives en engageant une entreprise extérieure pour s’occuper de cette tâche.

7. Maintenir un système de défense en couches

Mettez en place des protocoles de sécurité en couches, de sorte que même si un attaquant franchit une couche, il ne pourra toujours pas accéder aux données protégées, et votre cabinet pourrait être en mesure d’identifier l’attaque avant qu’il ne soit trop tard. Tout comme vous avez plusieurs portes verrouillables pour protéger votre propriété, votre bâtiment et votre équipement, vous devriez disposer de plusieurs couches de défense contre les intrusions électroniques. De cette façon, même si une faiblesse apparaît dans un aspect de votre système de défense, il y aura une couverture redondante.

Ainsi, en plus d’utiliser des mots de passe forts et d’obliger les travailleurs à les changer périodiquement, vous pouvez utiliser la sécurité physique sous la forme de portes verrouillées, de gardes de sécurité et d’équipements de surveillance. Un logiciel antivirus, un pare-feu robuste et une liste blanche d’applications approuvées contribuent tous à la sécurité globale de votre établissement.

8. Ayez un plan pour prévenir (et récupérer) les violations de données

Dans le cas malheureux d’une attaque, votre pratique doit savoir quelles sont les prochaines étapes. Avoir un plan en place vous aidera à aller de l’avant après une attaque. Par exemple, votre équipe informatique doit régulièrement revoir la protection de la cybersécurité de vos soins de santé pour vous assurer que vous suivez toujours les derniers protocoles.

Cela signifie également éviter la pratique consistant à autoriser automatiquement les mises à jour logicielles avant de vérifier les éventuelles répercussions. Et lorsque vous évaluez une mise à jour, il est préférable de l’essayer sur un ordinateur de test mis en quarantaine pour vous assurer qu’un correctif ou une mise à jour n’affectera pas négativement tous les ordinateurs de votre système.

Pour être prêt à faire face aux conséquences d’une intrusion réussie, les membres clés de votre équipe doivent élaborer un plan pour remettre le système en marche, en étant sûrs que la sauvegarde de vos données basée sur le cloud sera propre et sûre à utiliser.

9. Installez un meilleur logiciel

Insistez sur l’importance d’utiliser un logiciel d’une entreprise qui accorde la priorité à la cybersécurité dans ses logiciels. Ils mettront à jour le logiciel rapidement chaque fois qu’une nouvelle menace sera identifiée. Les applications environnantes utilisées dans votre bureau doivent également être renforcées.

En haut de votre liste de choses à faire, selon un rapport de Healthcare IT News , investir dans un pare-feu de nouvelle génération pour protéger toutes les données et vos systèmes, et déployer les dernières nouveautés en matière de détection anti-malware. Un cryptage robuste est nécessaire et vous devrez peut-être externaliser une partie de la gestion de vos informations de sécurité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here