mouche de terreau

Souvent considérées comme un ravageur mineur des plantes d’intérieur, les mouches de terreau peuvent rapidement devenir un problème majeur. Et une gêne si une infestation devient incontrôlable. Mais elles sont totalement inoffensives pour l’homme. Car elles ne peuvent ni mordre, ni propager une quelconque maladie. Cependant, ces mouches peuvent être un problème pour les plantes d’intérieur. Lorsque leur population explose et que leurs larves commencent à se nourrir des racines minces des plantes. Les couches de terreau peuvent également propager le Pythium. C’est un groupe d’agents pathogènes des plantes qui provoque la fonte des semis.

Qu’est-ce qu’une mouche de terreau ?

Connues sous le nom de Sciaride, les mouches de terreau sont de petites mouches qui infestent le sol, le terreau, d’autres milieux de conditionnement et d’autres sources de décomposition organique. Leurs larves se nourrissent principalement de champignons et de matières organiques dans le sol.

Mais aussi, elle mâchent des racines et peuvent être un problème dans les serres, les pépinières, les plantes en pot et les paysages végétaux d’intérieur. Contrairement à certaines espèces de mouches ou à d’autres types de larves nuisibles, la particularité des mouches de terreau est qu’il est facile pour les jardiniers d’identifier leur invasion. À cause de leur forte visibilité. Généralement en intérieur, les diptères vont chercher un endroit chaud et humide pour y déposer leurs œufs.

Comment combattre les mouches de terreau ?

La majeure partie de la vie de la mouche de terreau se déroule sous forme de larve et de pupe dans la matière organique ou le sol. De sorte que les méthodes de contrôle les plus efficaces ciblent ces stades immatures. Plutôt que de tenter de contrôler directement les adultes mobiles à courte durée de vie.

Les tactiques de gestion physique et culturale, principalement la réduction de l’excès d’humidité et des débris organiques, sont essentiels pour réduire les problèmes de mouches de terreau. Des agents de lutte biologique disponibles dans le commerce et d’origine naturelle peuvent également lutter contre ce ravageur.

Les insecticides sont considérés comme une option de contrôle importante dans certaines productions végétales commerciales. Mais ne sont généralement pas recommandés pour la lutte contre les mouches de terreau à l’intérieur et autour de la maison.

1. Surveillance

L’inspection visuelle pour les adultes est habituellement suffisante pour déterminer si un problème existe. Vous verrez des adultes se reposer sur des plantes, du sol, des fenêtres ou des murs, ou vous pourrez les voir en vol.

En plus de rechercher des adultes, vérifiez les pots de plantes pour des conditions excessivement humides. Et des débris organiques où les larves se nourrissent. Des pièges collants jaunes peuvent être utilisés pour piéger les adultes. Des morceaux de pomme de terre crue placés dans des pots avec les côtés coupés vers le bas sont parfois utilisés pour surveiller les larves.

2. Gestion de l’eau et des sols

Parce que les mouches de terreau prospèrent dans des conditions humides, en particulier là où il y a une abondance de végétation et de champignons en décomposition, évitez les arrosages excessifs et assurez un bon drainage. Laisser la surface du sol du récipient séché entre les arrosages.

Nettoyez l’eau stagnante tout en éliminant toute fuite de plomberie ou de système d’irrigation. Les tontes de gazon humides et en décomposition, le compost, les engrais organiques et les paillis sont également des lieux de reproduction préférés. Évitez d’utiliser de la matière organique incomplètement compostée dans le terreau à moins qu’elle ne soit d’abord pasteurisée.

Car elle sera souvent infestée de mouches de terreau. Améliorer le drainage du terreau par exemple en augmentant la proportion de perlite ou de sable dans le terreau. Minimisez les débris organiques autour des bâtiments et des cultures. Évitez de fertiliser avec des quantités excessives de fumier ou de matières organiques similaires.

Si vous avez des plantes infestées, ne les déplacez pas vers de nouvelles zones où les mouches peuvent émerger pour infester d’autres pots. Dans certains cas, vous voudrez peut-être jeter les plantes gravement infestées. Achetez et utilisez uniquement un mélange de récipient pasteurisé ou un terreau d’empotage.

Les producteurs commerciaux traitent fréquemment le terreau avec de la chaleur ou de la vapeur avant de l’utiliser. Cela tuera les mouches ainsi que les algues et les microorganismes dont elles se nourrissent. Les jardiniers amateurs peuvent solariser le sol en suivant les étapes suivantes :

  • Humidifiez-le.
  • Placez-le dans un sac en plastique transparent ou en plastique noir.
  • Faites la pile pas plus profonde qu’environ huit pouces.
  • Placez la terre ensachée sur une surface légèrement surélevée, comme une palette, dans un endroit ensoleillé, pendant approximativement 4 à 6 semaines.

3. Piégeage

Dans les situations domestiques où les adultes de mouches de terreau sont une nuisance. Il peut être possible de réduire le problème. En utilisant des pièges collants disponibles dans les pépinières et les centres de jardinage.

Fréquemment, les pièges collants jaunes peuvent être coupés en petits carrés, attachés à des brochettes ou des bâtons en bois et placés dans des pots pour piéger les adultes. De plus, les morceaux de pomme de terre crus placés dans le sol sont très attrayants pour les larves de mouches.

Ceux-ci peuvent être utilisés non seulement pour vérifier les pots pour les larves. Mais aussi pour les piéger loin des racines des plantes. Après quelques jours dans une casserole, retirez les morceaux infestés, jetez-les et remplacez-les par des frais.

4. Contrôle biologique

Trois agents de lutte biologique disponibles dans le commerce peuvent être achetés pour contrôler les mouches de terreau dans des pots ou des récipients. Il s’agit notamment des nématodes Steinernema, des acariens prédateurs Hypoaspis. Et de l’insecticide biologique Bacillus thuringiensis sous-espèce israelensis (Bti).

Plusieurs produits Bti à l’instar du Mosquito Bits ou du Natrol sont facilement disponibles dans les pépinières et les centres de jardinage. De sorte que ces produits peuvent être les plus pratiques à utiliser pour les jardiniers amateurs.

Le Bti ne se reproduit pas ou ne persiste pas à l’intérieur, de sorte que les infestations dans le terreau peuvent nécessiter des applications répétées à des intervalles d’environ cinq jours pour assurer le contrôle. Les nématodes et les hypoaspis les acariens doivent être commandés par correspondance et sont des produits vivants et périssables, nécessitant une application immédiate.

Les nématodes peuvent fournir un contrôle relativement long des larves de mouches de terreau. Et ils peuvent s’autoreproduire après plusieurs applications inoculations pour établir leurs populations. Steinernema Feltiae est plus efficace contre les mouches de terreau que les autres espèces de nématodes disponibles dans le commerce.

Mélanger le Bti ou les nématodes avec de l’eau et appliquer par trempage du sol. Ou pulvériser sur le milieu à l’aide d’un flacon pulvérisateur à pompe manuelle ou d’un autre équipement de pulvérisation, en suivant les instructions sur l’étiquette.

combattre mouches terreau

Utiliser les nématodes pour combattre les mouches de terreau

On appelle officiellement les nématodes. Il s’agit de nématodes parasites d’insectes, c’est-à-dire que les nématodes parasitent les insectes, les coléoptères ou leurs larves. Nématodes et mouche du terreau sont la combinaison idéale pour résoudre votre problème.

Les nématodes vont pénétrer dans les larves de la mouche du terreau et les empoisonner de manière bactérienne. Cela est possible parce que ces agents biologiques vivent avec des bactéries qui sont mortelles pour les larves de mouches du terreau. Ils se multiplient dans les larves mortes et sont relâchés dans le sol lorsque les larves se décomposent à la recherche de nouvelles proies.

Si des populations de mouches de terreau sont observées sur des cartons collants jaunes. Ou des tranches de pomme de terre qui dépassent les seuils d’action définis par le producteur, alors des options de lutte biologique ou chimique sont justifiées.

Plusieurs agents de lutte biologique, tels que les nématodes, parasites des insectes, les guêpes, les champignons et bactéries bénéfiques, peuvent être utilisés pour réduire les populations de ravageurs. Steinernema Feltiae, un nématode parasite des insectes, a été largement utilisé pour lutter contre les mouches de terreau pendant de nombreuses années.

S Feltiae est un ascaris microscopique non segmenté qui recherche et pénètre dans les larves de mouches par les ouvertures naturelles du corps comme la bouche ou l’anus. Il utilise le dioxyde de carbone, le mouvement et les vibrations pour localiser les larves.

Une fois à l’intérieur, les nématodes libèrent des bactéries symbiotiques qui tuent rapidement les insectes ciblés. La reproduction à l’intérieur de l’insecte libère de nouvelles générations de nématodes juvéniles infectieux qui se dispersent à la recherche de nouvelles proies.

Cet agent de biocontrôle peut être utilisé comme option de contrôle autonome. En combinaison avec d’autres agents de lutte biologique tels que Bacillus thuringiensis sous-espèce israelensis, Hypoaspis aculeifer, H. miles et Atheta coriaria. Ou en rotation avec des insecticides conventionnels.

Cette  rotation avec des insecticides conventionnels offre la possibilité de réduire considérablement le nombre d’applications chimiques nécessaires pour des niveaux acceptables de lutte contre les ravageurs. Réduisant ainsi la probabilité que les ravageurs développent une résistance aux pesticides.

Si vous utilisez S feltiae dans le cadre d’un programme de gestion de la résistance , les traitements de S.feltiae devraient commencer tôt dans le cycle de croissance lorsque la pression des ravageurs est faible.

Si du nouveau matériel végétal est introduit dans une zone de serre. Ou si la surveillance des cartes collantes jaunes indique que les populations de mouches de terreau dépassent les seuils d’action, des insecticides conventionnels peuvent être utilisés pour réduire rapidement les populations adultes.

En combinant des produits chimiques et biologiques, plus d’étapes du cycle de vie des mouches seront ciblées. Ce qui offre une lutte antiparasitaire plus complète et efficace. Il est tout à faire important de souligner que , l’injection d’irrigation est l’un des moyens les plus efficaces et les plus simples d’appliquer des nématodes.

Les solutions émises par les unités de dosage peuvent être appliquées au moyen de pulvérisateurs à rampe. D’irrigation par aspersion et goutte à goutte, d’arrosage manuel et d’autres méthodes d’arrosage couramment utilisées. Les nématodes peuvent également être appliqués à l’aide de réservoirs de pulvérisation, de pulvérisateurs à dos ou par trempage.

Lorsque les nématodes sont en solution, il est important de s’assurer que les solutions mères sont constamment agitées. Ceci pour éviter de se déposer dans les réservoirs et pour empêcher les solutions de nématodes de dépasser 30 C. La circulation d’air, la circulation mécanique et le mélange manuel peuvent être utilisés pour empêcher la sédimentation.

Les applications de nématodes doivent être faites sur un sol humide et appliquées tôt le matin ou tard le soir. Ceci dans le but d’éviter les températures élevées, l’exposition aux UV et la dessiccation des nématodes. Retirez les filtres de pulvérisateur de 50 mesh ou plus fins. Et empêchez les pressions de la pompe de dépasser 300 psi.

Si des nématodes sont appliqués sur le feuillage, irriguer immédiatement avec de l’eau claire pour laver les nématodes du feuillage vers le sol. Il est important de noter que la température du sol doit être comprise entre 10 C et 30 C pour que les nématodes recherchent activement des insectes hôtes.

Comment les mouches de terreau se faufilent dans vos plantes ?

Les mouches de terreau sont un insecte ravageur de la taille d’une mouche des fruits. Qui affecte principalement les plantes d’intérieur. Attirés par l’humidité du terreau, les mouches adultes pondent leurs œufs sur la matière organique près de la surface du sol. Après environ trois jours, les œufs éclosent en larves, qui s’enfouissent dans le sol pour se nourrir de champignons et de matières végétales en décomposition.

Comment atterrissent-elles dans votre pot ? Le fléau peut s’installer de trois manières différentes :

  • Vous avez acheté une nouvelle plante dans laquelle des œufs ou des larves ont déjà élu domicile.
  • Vous avez rempoté votre plante avec de la terre contenant déjà des larves ou des œufs.
  • Les mouches se sont faufilées jusqu’à votre plante en passant par la fenêtre à un moment où vous avez aéré.

Quand les mouches survolent votre plante, elles déposent leurs œufs sur la terre. Elles trouvent aussi parfois un moyen de se faufiler par le dessous en passant par les trous de drainage pour déposer leurs œufs dans la terre. Il faut noter qu’une mouche femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs transparents, ceux-ci se transformeront quelques jours plus tard en larves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here